, , ,

Summer Carioca by Maggie

[ Alors que l’été est revenu et qu’on sait que vous rêvez de vous prélasser les pieds dans l’eau turquoise des plages de Recife, Belém ou de Rio, c’est un voyage tout en musique que l’on vous propose pour ce deuxième volet des playlists Carioca ! Ainsi, chaque lundi, nous vous faisons découvrir les pépites « do Brazil » de collectionneurs français et internationaux. Et c’est au tour du collectif Maggie de partager avec nous les morceaux brésiliens qui leur font remuer la tête et les transportent directement sur le sable tiède d’Ipanema. ]

Maggie


Viva Voz – Fugitivos De Azul

Comment faire une sélection brésilienne sans évoquer Lincoln Olivetti… Il est à l’origine des plus gros « hits » brésiliens des années 80. Il est notamment l’un des premiers à avoir introduit la musique électronique dans ses productions. Le titre « Fugitivos De Azul » par le groupe Viva Voz en est le parfait exemple : un mélange d’électro/funk et de rythmes brésiliens plus traditionnels.

Grupo Contrôle Digital – Panico Geral

Je dirais que cet album (et ce morceau en particulier) synthétise absolument tout ce que j’apprécie dans la musique en général et par chance, il se trouve que c’est un groupe brésilien.

Netinho – Du Du Du Domingo

Batteur du légendaire groupe de rock brésilien Os Incríveis pendant les années 60-70, Netinho (de son vrai nom Luiz Franco Thomaz) a sorti deux sublimes projets en solo appelés Amor e Caridade vol. 1 & 2. J’ai choisi le titre « Du Du Du Domingo » pour sa nonchalance mêlée à une certaine classe qui caractérise selon moi si bien l’état d’esprit brésilien.

Central Africana – BumBum

Premier groupe brésilien de reggae à signer sur une major. Morceau énergique et assez contestataire envers les forces de l’ordre au Brésil ! Vraiment chouette à jouer pitched down !

Thaide & Dj Hum – Coisas de Amor

Fin des années 80, on vous emmène du côté de Sao Paulo, berceau d’une importante scène hip-hop au Brésil. Cet album intitulé Pergunte A Quem Conhece a été produit par André Jung & Nasi du groupe de rock de Sao Paulo, Ira!. C’est toujours intéressant de se dire que dans un contexte social, politique et économique comme celui du Brésil dans les années 80, on pouvait assister à de telles collaborations, nous faisant découvrir un métissage musical réussi. « Coisas de Amor » est teinté d’une certaine mélancolie que j’affectionne tout particulièrement.

Frank Maia – Garota Sexy

Très peu d’informations à propos de Frank Maia et de sa mystérieuse « Garota Sexy », tout ce que je peux dire, c’est que j’ai failli acheter ce 45 tours à Tahira (dj/producteur brésilien à découvrir si ce n’est pas déjà fait) l’année dernière. J’ai été frileux et maintenant je m’en mords les doigts !

Zuc-Zuc – De Taxi Ou De Bus

Quasiment aucune trace sur la toile de ce trio à la couleur disco/boogie. Ce morceaux fait preuve d’une certaine légèreté, assez caractéristique du début des années 80, qu’on pourrait aisément comparer à des artistes plus connus comme A Patotinha ou encore Sergio Mallandro.

Jorge Degas & Marcelo Salazar – Muxima

Il y a certains albums où la pochette se démarque vraiment du lot, celle-ci en est le parfait exemple. La réinterprétation de « La Danse » de Matisse avec une touche afro-brésilienne de par ses couleurs est juste magnifique. C’est un album qu’on pourrait considérer comme spirituel, avec des percussions dans tous les sens. Ce morceau est une invitation au voyage, laissez-vous porter !

Guilherme Arantes – Fio Da Navalha

Guilherme Arantes est bien moins connu que nombre de ses compères pour qui il a composé des chefs d’œuvre. On pense notamment à Caetano Veloso, Roberto Carlos, ou encore Gal Costa. Référence de la new wave des années 80 au Brésil, passé sous les éloges du grand Tom Jobim, la musique brésilienne doit beaucoup à ce bon vieux Guilherme. Fio de Navalha fait partie de ces sons brésiliens que j’adore et dont je pourrais chanter les paroles sans les comprendre, car dès la première note, on sent que ca va être tudobem !

Claudia – Jesus Cristo

S’il ne devait y’en avoir qu’un, ce serait celui-ci. De l’orgue du début, au clapping de la fin, la mythique Claudia met une sacrée dose d’émotion dans son Jesus Cristo. Pourtant pas la plus connue des œuvres de la chanteuse (on pense au Com Mais De Trenta composé par Marcos Valle), Jesus Cristo ouvre l’album de la chanteuse qui sort en 1971– et qui porte le même nom – et en fera définitivement une star au Brésil. Un morceau qui nous a fait souvent chanté à la fin de nos sets. Un peu notre hymne en somme.

Gilberto Gil –Touche pas à mon pote

Les liens entre la musique brésilienne et française ne sont plus à démontrer. Claude Nougaro avait notamment montré la voie en intégrant pas mal de classiques de bossa nova dans son répertoire. Mais il arrive aussi que le Brésil chante la France. En 1985, SOS Racisme crée le slogan « Touche pas à mon pote », longtemps symbole d’une génération engagée contre le racisme. Un an après, Gilberto Gil en fait une chanson, en français, dans son album Dia Dorim Noite Neon. L’ancien Ministre de la culture brésilien écrit la chanson lui-même, ce qui laissera quelques coquilles qui font de ce morceau une légende. Pour parfaire le tout, la mélodie est directement inspirée (voir similaire) au tube « Toda Menina Bahiana ». Un régal.

As Melindrosas – Te Amarei, Me Amaràs

Les brésiliennes aiment bien chanter en groupe… Et elles le font plutôt bien. Le groupe A Potatinha nous l’avait déjà bien prouvé avec le mythique « Nao Empurre Nao Force ». La quatuor d’As Melindrosas envoie à peu près la même énergie. Une nouvelle preuve que le Brésil reste maître dans l’art du disco/boogie

Phillippi and Rodrigo – Gueto De Gent

Un de mes premiers vinyles, placé dans notre tout premier mix… Je me souviens avoir halluciné la première fois que je l’ai entendu. Phillipi & Rodrigo (aka les compères de Fatnotronic) nous livrent là une belle leçon d’éclectisme à la brésilienne : des artistes brésiliens, un label belge (le magnifique Deewee) pour un morceau inclassifiable et hors du temps, niché entre un remix du générique de Twin Peaks, et des paroles qui nous rappellent l’accent carioca de Jorge Ben. Brillant !

 

Vol AF187 pour Rio – SPOTIFY / Carioca – YOUTUBE

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *