, ,

Paris New York Heritage Festival, au croisement du jazz à l’afrobeat

Fort des trois précédentes éditions, le Paris New York Heritage revient dans la capitale pour retracer les liens ténus entre l’Hexagone et les cultures latino et afro-américaines. Autour d’exposition, de concerts et de conférence, le festival crée en 2016 par BL Music tient comme promesse de nous faire découvrir les « Lost Générations ».

Un festival en deux temps qui s’étendra tout d’abord du 5 au 10 juin, puis les 21 et 22 juillet. On retrouvera alors une série de concerts au sein de hauts lieux de la culture parisienne entre Le Café de la Danse, le New Morning ou encore le Mona Bismarck American Center. Des représentations éclectiques au croisement du jazz, de l’afrobeat et de la funk.

À l’instar de l’héritage afro et latino-américain, la programmation se veut riche et colorée.  Une excursion qui débutera le 7 juin avec la representation de l’illustre claviériste Brian Jackson, artiste aux nombreuses facettes, collaborateur de Gil Scott-Héron dont on espère qu’il n’a pas définitivement perdu Détroit. Il sera accompagné par le saxophoniste turco-suédois Ilhan Ersahin et le trompettiste Erik Truffaz pour une « Istanbul Sessions ».

Un voyage qui se poursuivra le 8 juin en direction du Nigéria avec l’un des pères fondateurs de l’afrobeat, Tony Allen. Celui qui fut le batteur, directeur artistique et grand ami de Fela Kuti, livrera une performance que l’on sait rythmée et envoûtante, riche de plus de quarante années d’expérience.

On retrouvera aussi, le groupe new-yorkais Tortured Soul et Anders (Mellotron), le collectif funk Echoes of pour un vibrant hommage à Prince, ou encore le soul man de Philadelphie Bilal. Une belle promesse de voyage au travers des âges, cultures et histoires.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *