, ,

Le Macki Music Festival lève (un peu) le voile sur une superbe cinquième édition

Le Macki Music Festival fêtera ses cinq ans en grande pompe du 30 juin au 1 juillet prochain au sein de leur QG des bords de Carrières-sur-Seine. Entre un line-up éclectique, une scénographie colorée et des ateliers pour tous, les collectifs La Mamie’s et Cracki Records lèvent le voile sur une édition pour le moins énigmatique.

Pour ses cinq ans, le Macki Music Festival se veut mystérieux avec un thème filé de l’illusion. On ne saurait vous en dire plus pour ne pas gâcher la surprise qui, au vu de la programmation, s’annonce à la hauteur des quatre éditions précédentes. Entre le trio A Deep Groove, reformé pour l’occasion (Dj Deep, DJ Gregory et Alex From Tokyo), Antal, le patron du label amstellodamois Rush Hour ou encore le petit génie allemand MCDE, le festival saura ravir les house and funk lovers franciliens. De beaux noms mais aussi des petites pépites (Lomboy, Saint DX) dénichées par les deux collectifs qui nous font danser depuis onze ans déjà.  

« Cette année marque une étape importante dans la vie du festival, nous sommes fiers de pouvoir porter le projet depuis cinq ans et reconnaissant du public qui nous suit. »

Une belle promesse tant musicale que visuelle assurée par Fantin Dufaÿ de la Mamie’s. « On a décidé de mettre le paquet sur l’aspect scénographique pour rendre l’expérience Macki encore plus immersive, jouer avec nos cinq sens ». Au Macki Music Festival, chaque édition est pensée comme une belle surprise dans la petite enclave aux allures de fête de village. On avait pu danser sur les flots de la Seine avec les boat parties, faire du pédalo lors des troisième et quatrième éditions et la prochaine ne dérogera pas à la règle avec un superbe cadeau : l’ouverture d’une quatrième scène ! Mais l’illusion demeure complète quant à la programmation…

En 2015, nous avions reçu au studio l’équipe du Macki pour faire un point avant la deuxième édition du festival. Des faits, une analyse et des réponses intéressantes à ré(écouter) trois ans plus tard.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *