,

Make It Deep #102 – The club culture in the 90’s with Patrick Vidal, Fabrice Gadeau and Eric Labbé

Tuesday, October 10th, we recorded the 102nd Make It Deep radio show. New format, new contents, music, branded guests and a theme: (re) discover Make It Deep ! The topic this week : the club culture in the 90’s with our guests Fabrice Gadeau, boss of the Rex Club, Patrick Vidal, already DJ at the time at the Palace and today at Les Bains and Eric Labbé, activist of the French night and at the origin of the petition “Paris: when the night dies in silence”.

To become what defines it, the club culture feeds on the manifestations it produces. And how to define a phenomenon in constant evolution? It is first admitted that the club culture is a demand and a habit, maintained by its main actor, the clubber. What characterizes it is the music, dematerialized object and incarnated by the DJ. What determines it is the desire to share this music with a community with similar tastes in the same place where it is possible to express oneself freely through dance (drugs and alcohol depending on the periods of time). history) and meetings.

A bit of history to resituate this theoretical definition: In New York in the 70s, David Mancuso was doing disco nights every week in his Loft. The regulars were Larry Levan or Frankie Knuckles and the guy had thought of a sound system at home thanks to a friend acoustician. What discotheques of the time have retained and applied within their walls is a format, music and a phenomenon of membership maintained by a public applicant. Finally, the Paradise Garage, the Studio 54 or the Tunnel have allowed the latter, the public, to enjoy real holidays little by little become commercialized.

While there were already so-called institutional clubs in the late 70’s, until the late 90’s, electronic music had to take on a nomadic or even illegal form to escape bans and repression. Today, the very notion of rave party is a memory, a nostalgia that motivates new generations, used to dance and party legally and securely.

So what is the club culture in the 90s? The answer with our guests Eric Labbé, Fabrice Gadeau and Patrick Vidal.

,

Make It Deep n°102 – La club culture dans les années 90 avec Patrick Vidal, Fabrice Gadeau et Eric Labbé

Mardi 10 octobre, nous enregistrions la 102e émission Make It Deep. Nouveau format, nouveaux contenus, de la musique et des invités de marque et un thème : (re)découvrez Make It Deep ! Le sujet abordé cette semaine : la club culture dans les années 90 avec nos invités Fabrice Gadeau, patron du Rex Club, Patrick Vidal, déjà DJ à l’époque au Palace et aujourd’hui aux Bains et Eric Labbé, activiste de la nuit française et à l’origine de la pétition Paris : quand la nuit se meurt en silence. 

Pour devenir ce qui la définit, la club culture se nourrit des manifestations qu’elle produit. Et comment définir un phénomène en constante évolution ? Il est d’abord admis que la club culture est une demande et une habitude, maintenue par son acteur principal, le clubbeur. Ce qui la caractérise, c’est la musique, objet dématérialisé et incarné par le DJ. Ce qui la détermine, c’est l’envie de partager cette musique avec une communauté aux goûts similaires dans un même endroit où il est possible de s’exprimer librement par la danse (la drogue et l’alcool suivant les périodes de l’histoire) et les rencontres.

Un peu d’histoire pour resituer cette définition théorique : A New-York dans les années 70, David Mancuso faisait des soirées disco toutes les semaines dans son Loft. Les habitués étaient Larry Levan ou Frankie Knuckles et le monsieur avait pensé un système son chez lui grâce à un ami acousticien. Ce que les discothèques de l’époque ont retenu et appliqué dans leurs murs, c’est un format, de la musique et un phénomène d’adhésion entretenu par un public demandeur. Finalement, le Paradise Garage, le Studio 54 ou le Tunnel ont permis à ce dernier, le public donc, de profiter de vraies fêtes peu à peu devenues commercialisées.

Alors qu’il existait déjà des clubs dits institutionnels à la fin des années 70, jusqu’à la fin des années 90, la musique électronique a dû prendre un format nomade voir illégal pour échapper aux interdictions et la répression. Aujourd’hui, la notion même de rave party est un souvenir, une nostalgie qui motive les nouvelles générations, habitués à danser et faire la fête en toute légalité et de manière sécurisée.

Alors qu’est-ce que la club culture dans les années 90 ? La réponse avec nos invités Eric Labbé, Fabrice Gadeau et Patrick Vidal.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *